sept 30

Première rencontre des conseils citoyens du département de l’Ain

A l’initiative de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) et de la Fédération Départementale des Centres Sociaux de l’Ain, la première rencontre départementale des conseils citoyens de l’Ain s'est tenue le samedi 30 avril 2016. Avec un accueil assuré par les conseillers citoyens d’Oyonnax et de Bellignat, se sont plus de 85 personnes qui se sont réunies au Valexpo d’Oyonnax.Discours de bienvenue des conseillers citoyens d'oyonnax et Bellignat

 

Le contexte

Les conseils citoyens ont été créés par la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine. Ils doivent être mis en place dans le cadre des contrats de ville, dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville. C’est la première fois que le principe de co-construction de la politique de la ville avec les habitants est inscrit dans la loi.

Les conseils citoyens sont composés de deux collèges : un collège « habitants » (tirés au sort, volontaires) et un collège acteurs locaux (associations, professionnels, etc.). Ils ont été constitués ou sont en cours de création dans tous les quartiers prioritaires de la politique de la ville et contrats de ville du département de l’Ain : Oyonnax – Bellignat ; Bourg-en-Bresse ; Ambérieu-en-Bugey ; Belley ; St-Genis-Pouilly – Ferney-Voltaire ; Montluel. Ils constituent un partenaire à part entière du contrat de ville au même titre que l’État, les collectivités territoriales et les autres partenaires institutionnels (caisse d’allocations familiales, bailleurs sociaux, etc.).

 Retour sur la rencontre

L’objectif était de permettre aux conseillers citoyens de comprendre quel est leur rôle face aux élus et aux institutions, et de pouvoir être force de proposition pour leur quartier.

L’animation de la rencontre a suscité une participation active des conseillers qui se sont exprimés dans le cadre d’ateliers thématiques avec une restitution en séance plénière sur 2 questions-clefs et concrètes les concernant :

  • Qu’est-ce que j’aimerais améliorer dans mon quartier pour y être mieux ?
  • Quel peut être mon rôle en tant que conseiller citoyen pour faire évoluer quelque chose dans mon quartier ?

Cette première rencontre des conseils citoyens a permis non seulement d’écouter les idées, les initiatives, les demandes et besoins des habitants mais également, de nouer ou renouer un lien de confiance avec les représentants des institutions présents.

Et après…

Cette première rencontre départementale préfigure également la suite du processus, avec :

  • la mise en place d’un réseau des conseils citoyens pour échanger sur les actions concrètes mises en œuvre ou soutenues par les conseillers ;
  • l'accompagnement, « sur site » des conseils citoyens, adapté à la réalité de chaque territoire et aux besoins de chaque conseil citoyen, par la Fédération Départementale des Centres Sociaux.

L’objectif qui se dessine en toile de fond : renforcer le pouvoir d’agir des conseillers citoyens afin de rendre autonome les conseils citoyens.

Si vous vous souhaitez recevoir le document de synthèse de la rencontre, il vous suffit d'adresser votre demande à camilla.fcsain@orange.fr en attendant sa mise en ligne.

Vous pouvez également visionner les photos prises : https://goo.gl/photos/VYniDYu2dcY6EJPR7

sept 24

Prochaines formations des acteurs du réseau fédéral

En 2015, plus d’une cinquantaine de salarié-e-s et bénévoles des Centres sociaux et EVS ont suivi la formation «  Accueillir et allez vers », animée par Guillaume Tixier de l'IFMAN (Ifman méditerranée). L’évaluation qui en a été faite a mis en évidence un besoin de mieux gérer le stress et les situations parfois conflictuelles auxquels ils peuvent être confrontés. Des moments durant lesquels les salarié-e-s et/ou bénévoles ont du mal à agir par peur ou par un trop plein d’émotions.

Pour répondre aux besoins exprimés par ces acteurs, la Fédération organise deux formations qui permettront de mieux comprendre les mécanismes qui entrent en jeu dans la relation avec les usagers des Centres sociaux et EVS.

  • L’une portera sur la « régulation du stress », la prise de recul, le contrôle de ses émotions face à certaines situations ou comportements, sur la gestion les situations relationnelles parfois  stressantes.

Ce temps de formation aura lieu le jeudi 6 octobre et le vendredi 7 octobre 2016 de 9h à 16h30 au Centre Social le Lavoir d’Ambérieu.

Formateur : Guillaume Tixier, théâtre forum et communication non-violente, IFMAN.

Demande d'AICR acceptée

  • L’autre formation, « Agir en situations conflictuelles », se déroulera : le jeudi 3 et vendredi 4 novembre 2016 de 9h à 16h, au Centre Social le Lavoir d’Ambérieu.

Formatrice Elsa Bonal, DEJA-LA – Intelligence collective, dialogue conflictuel, dilemmes-Métier.

Cette formation constitue un cadre pour travailler des moyens de transformer les situations de violence en opportunité de coopération ; et ce, par la médiatisation du conflit. Des apports théoriques sur la violence et la communication non-violente, sur le conflit et la coopération seront illustrés par des exercices en petits groupes, de sorte à confronter la prescription _« avoir des repères sur ce que je/nous pourrions faire »_ au réel _« essayer ce que je/nous réussissons à faire ». De cette expérience collective pourront être tirés des enseignements directement mobilisables pour affiner les gestes professionnels et organiser l’activité au sein du centre social en vue de prévenir la violence, de favoriser la satisfaction des parties prenantes à agir à la place qui est la leur et de promouvoir la qualité de service public.

Il s’agira pour les stagiaires :

  • d’acquérir les repères théoriques sur la violence et le conflit ;
  • analyser les conflits passés pour les prévenir ;
  • apprendre à transformer les conflits interpersonnels en conflits de critères ;
  • mesurer l’impact des postures professionnelles sur les processus conflictuels ;
  • envisager l’évolution des structures organisationnelles de l’action collective (équipe salariée/administrateurs/usagers) pour intégrer le dialogue conflictuel ;
  • distinguer faits, opinions et sentiments et développer son intelligence émotionnelle.

Demande d'AICR acceptée

 

oct 27

Partenariats locaux: une force pour la mobilisation et l’accompagnement des jeunes dans leurs parcours.

C’est le titre que nous avons choisi pour la 3ème Matinée des politiques jeunesse qui se déroulera au Centre social Pôle Pyramide de St Denis Lès Bourg le mardi 8 novembre de 9h à 12h30.

Cette matinée d'échanges s'inscrit dans le programme d'actions du réseau départemental "expression et engagement des jeunes" piloté par la DDCS, la Fédération Départementale des centres Sociaux et le MRJC de l'Ain.

A travers le témoignage de Julien Issartel, directeur du Plastic Vallée Football Club d'Oyonnax et probablement d'un ancien licencié, nous aborderons la question du partenariat local.


 

oct 27

Matinée politiques jeunesse : Ecouter les jeunes et faire ensemble avec eux : quelle plus-value?

Le 24 mai 2016, dans le cadre des Matinées politiques jeunesse qui se déroulent au Centre social Pôle Pyramide St Denis les Bourg, il a été question d'entendre les témoignages d'acteurs professionnels et associatifs qui écoutent, partagent et créent avec les jeunes qu'ils accompagnent.

Enjeux de la matinée se sont posés sous la forme de questions :

Comment être mieux à l’écoute des jeunes, de leurs préoccupations, de leurs peurs, de leurs aspirations, de leurs projets ?

Comment mieux leur faire une place dans la société et sur les territoires où ils vivent et se construisent ?

Comment mieux les associer aux décisions, aux actions qui les concernent ?

Comment mieux les accompagner dans leurs initiatives ?

Deux témoignages, en séance plénière, ont illustré ces enjeux

– Un projet tri-partenarial associant des jeunes sur la thématique du « vivre ensemble » :

Isabelle PUTZ de la MJC de Bourg en Bresse, Elise SPYRATOS de l’ADSEA de l’Ain et Florent DELORME du CIDFF de l’Ain ont présenté un projet autour du vivre ensemble co-construit avec des jeunes de 15 à 18 ans. Le projet a pris la forme d’un film d’animation, support ayant facilité l’expression directe et l’implication active des jeunes.

Vous pouvez voir un extrait du flim "Mamie France ses malheurs et sa chance" en cliquant sur le lien suivant : http://www.cidff01.fr/index.php?l_nr=index.php&l_nr_c=aeb764a6a854dd20beb97ec048c4ac14&l_idpa=191.

– L’accompagnement des jeunes par le MRJC de l’Ain :

 Sonia BASSET est élue au conseil d’administration du MRJC de l’Ain. L’association regroupe environ 130 jeunes de 12 à 30 ans et est autogérée par eux-mêmes. Tous les administrateurs ont moins de 30 ans. Ils choisissent les thématiques d’action en assemblée générale, à l’image des camps d’été, des formations BAFA et BAFD, de l’accompagnement de groupes de jeunes dans leurs projets, de l’organisation de temps forts les week-ends sur des sujets comme la laïcité, le terrorisme, la vie sur les territoires ruraux …

Un compte-rendu complet est disponible, n'hésitez pas à nous le demander à : camilla.fcsain@orange.fr.

oct 13

La Fédération des Centres Sociaux a co-signé, aux côtés de la CAF et du Conseil Départemental, le Schéma Départemental d’Animation de la Vie Sociale.

Le 04 juillet dernier, le Schéma Départemental d’Animation de la Vie Sociale de l’Ain a été cosigné, pour les années 2016 à 2020, par Robert Fontaine, Président du Conseil d’administration de la CAF, Marie-Claire Laurent-Sanna, Directrice de la CAF, Damien Abad, Président du Conseil Départemental, et Yann Cruiziat, Président de la Fédération des Centres Sociaux de l’Ain.

img_20160704_155006

 

 

 

 

 

 

Un Schéma Départemental d’Animation de la Vie Sociale, c’est quoi ?

Dans le cadre de la Convention Nationale d’Objectifs et de Gestion signée entre l’Etat et la CNAF, chaque CAF était invitée à élaborer, avec leurs partenaires, une politique départementale d’animation de la vie sociale. L’élaboration d’un tel schéma devait s’appuyer sur un état des lieux de l’existant en matière de structures d’animation de la vie sociale (Centres Sociaux et Espaces de Vie Sociale), de partenariats et de problématiques sociales prises en compte. Il devait aussi mettre en perspective les évolutions souhaitées.

Pourquoi un Schéma Départemental d’Animation de la Vie Sociale dans l’Ain, entre la CAF, le Département et la Fédération des Centres sociaux ?

Dans l’Ain, La Caf, le Conseil départemental et la Fédération des centres sociaux de l’Ain partagent la vision d’un centre social contribuant à développer le « pouvoir d’agir » des habitants, c’est-à-dire à développer la possibilité pour les personnes d’exercer un plus grand contrôle sur ce qui est important pour elles, leurs proches ou la collectivité à laquelle elles s’identifient. Forts de ces enjeux communs, les partenaires entendent continuer leurs actions de promotion et de développement des structures d’animation de la vie sociale par l’élaboration de ce schéma.

Quelle a été la démarche d’élaboration de ce schéma ?

La démarche de travail s’est appuyée dans la continuité d’une convention historique de partenariat entre la CAF, le Département et la Fédération des Centres sociaux.

Des rencontres de travail ont été organisées dans les territoires associant les centres sociaux/Evs, les Conseillers de Territoire de la CAF, les responsables des Maisons de la Solidarité du Département et la Fédération des Centres Sociaux de l’Ain.

Le comité technique et le comité de pilotage départemental ont finalisé le schéma

Quelles sont les grandes lignes du Schéma ?

Le schéma se traduit notamment par :

·         L’affirmation de valeurs et de sens communs d’un projet centre social sur un territoire.

·         Des grandes orientations au plan départemental autour de l’enjeu du renforcement des projets des structures existantes ou de prise en compte de problématiques communes (devenir des structures d’animation de la vie sociale dans le contexte de réforme territoriale ; place des CS autour de l’enjeu de la place des habitants dans la mise en place des politiques de la ville).

·         Des stratégies à l’échelle des territoires visant notamment le renforcement des partenariats entre structures et l’appui à l’émergence de nouvelles structures d’animation de la vie sociale dans des territoires non pourvus et ou des besoins sont repérés.

Par ailleurs, en annexe du schéma, une convention de financement de la Fédération des Centres Sociaux a été finalisée.

Vous pouvez consulter le schéma dans son intégralité via le lien internet ci-après : https://www.caf.fr/sites/default/files/caf/011/Pdf/2015/Partenaires/Enfance%20et%20jeunesse/ANIMATION%20VIE%20SOCIALE/FOK_lyer%2022-06%20bis.pdf et les photos de la rencontre à l'adresse suivante : https://goo.gl/photos/8F6QDqPy4gKpnDKA9

oct 13

Retour sur la matinée de restitution des travaux du « chantier isolement ».

Lundi 19 septembre, le groupe du « chantier isolement » créé en 2013, a suscité un grand intérêt auprès des bénévoles et salarié-es- des structures adhérentes de la FCS Ain mais aussi du Conseil Départemental et de la Ville de Boug.
40 personnes issues des quatre coins de l’Ain sont venues à l’EVS le Plateau de Bourg pour réfléchir ensemble à un enjeu national qui touche de nombreuses personnes : l’isolement.

Quatre centres sociaux et Espaces de vie sociale de l’Ain et du Rhône ont présenté les démarches partenariales qu’ils mettent en œuvre sur leur territoire sous la forme de témoignages.

Au cœur des démarches présentées durant la matinée, il y a une volonté de travailler en réseau, en partenariat pour mettre en place des actions de proximité, produire des actions citoyennes, tisser, au niveau local, des liens avec des personnes en situation d’isolement.

Toutes les démarches ont mis en avant l’importance de travailler en complémentarité avec des bénévoles et surtout de travailler en partenariat.

Vous pouvez lire le compte-rendu de la matinée sur simple demande à l’adresse suivante : camilla.fcsain@orange.fr

En attendant, pour ceux et celles que ça intéresse, des articles à lire et un lien pour voir les photos de la matinée à l'adresse : https://goo.gl/photos/jq5UzeFaLweZjS1Y9

Un article qui parle du transport solidaire et du projet « Voisin’âge » qui existe à St Denis les Bourg depuis 2015.

http://www.leprogres.fr/ain/2015/11/10/voisin-age-lutte-contre-l-isolement-grace-au-transport-solidaire

Réseau visiteurs bénévoles à domicile

http://www.bourgenbresse.fr/Accueil/Vivre-a-Bourg/Solidarite-sante-et-social/Seniors/Services-lies-au-domicile/Reseau-visiteurs-benevoles-a-domicile/(language)/fre-FR

Une courte vidéo : A Paris, des commerçants luttent contre l'isolement des sans-abris

http://www.francetvinfo.fr/societe/sdf/a-paris-des-commercants-luttent-contre-l-isolement-des-sans-abris_1475535.html

oct 13

Première matinée politiques jeunesse

Quels outils concrets (actions, dispositifs) au service des politiques de jeunesse permettent de donner une place réelle aux jeunes ?

C'est à cette question que nous avons tenté de répondre le 15 mars  2016 lors de la première matinée politiques jeunesse qui s'est déroulée au Centre social de Saint Denis Les Bourg.

Les matinées politiques jeunesse s'inscrivent dans le cadre de l'axe citoyenneté des jeunes du schéma "Naître, grandir et s'épanouir dans l'Ain", dont la DDCS de l'Ain copilote les fiches actions 3.1 "favoriser la place des jeunes dans l'espace public" et 3.2 "Valoriser les parcours d'engagement, de participation et d'initiatives des jeunes", avec la Fédération des Centres Sociaux de l'Ain et le MRJC de l'Ain.

Retour sur les trois témoignages de la matinée

-le service civique : un dispositif de l’État dequi mobilise l’engagement des jeunes :

John CHARBONNIER, responsable de l’antenne Unis Cité de l’Ain, en charge de l’accompagnement de 40 jeunes en service civique dans l’Ain affectés auprès d’une douzaine de partenaires (Dynacité, CD sport adapté, Emmaüs, Banque alimentaire, Restaus du coeur …). Le gouvernement a un objectif de 180000 jeunes en service civique en 2018 ce qui nécessite de développer l’information sur le dispositif auprès des structures d’accueil potentielles, et notamment des collectivités locales peu mobilisées à ce jour, et auprès des jeunes eux-mêmes.

Les missions conduites pendant l’expérience du service civique servent le parcours d’insertion sociale et professionnelle des jeunes. Le constat est fait d’un réengagement fréquent après le service civique dans un engagement bénévole.

John souligne également les vertus du travail en équipe.

Karima EL MASMOUDI, ancienne volontaire en service civique, lauréate de l’institut du service civique (devenu Institut de l’engagement), investie en tant que bénévole après son expérience de service civique et actuellement salariée dans un EHPAD.

Karima était au lycée, voulait devenir aide-soignante, mais souhaitait avoir une expérience de terrain. Elle a opté pour un service civique de 6 mois qui l’a conduite au comité départemental de handball (missions autour du fair play, avec les jeunes licenciés). Elle s’est sentie utile au cours de cette expérience. Elle souligne néanmoins que ce dispositif n’est pas encore suffisamment connu des jeunes. Le fait d’avoir été lauréate de l’institut du service civique a permis à Karima d’avoir un soutien et un accompagnement vers la sortie du dispositif.

D’une manière plus générale, le travail de suivi des jeunes post service civique reste à développer, faute de temps et de moyens humains suffisants.

– la mise en place d’une commission jeunesse à l’échelle de 5 communautés de communes de l’Ain :

 Emilien NORMAND, chargé de mission Contrat de développement durable Rhône-Alpes (CDDRA) au Syndicat mixte Avenir Dombes Saône à Jassans-Riottier, animateur de la commission jeunesse dans le cadre du Conseil local de développement (CLD) Dombes-Saône.

Le CLD est composé de 25 bénévoles avec une moyenne d’âge de près de 50 ans ! La thématique retenue par les élus à destination des jeunes (14-18 ans) a été la connaissance de leur territoire. Un outil a été retenu, celui d’un concours de court-métrage sur le thème « Parle moi de ton territoire », en lien avec l’association locale Web TV Dombes. Les structures d’accueil des jeunes (établissements scolaires, centres sociaux, MJC …) ont été réunies pour leur présenter le projet.

4 projets de jeunes viennent d’être retenus. Leur réalisation permettra de mesurer la parole directe, l’expression des jeunes sur leur vision du territoire où ils vivent. Une fois réalisés les films seront notamment diffusés dans les cinémas numériques des territoires concernés.

 

– l’accompagnement d’un projet porté par des jeunes à l’échelle d’une commune rurale :

Par Anne CHARVET-QUEMIN, responsable du secteur jeunes au centre social intercommunal de Chalamont et Bruno CHARVIEUX, adjoint au maire de la commune de Chalamont, en charge des commissions sport, vie associative et communication.

Le projet a débuté en 2011 par le souhait exprimé par des jeunes de 13-14 ans de la commune d’installer un skate-park.

En parallèle et toujours en 2011 une soirée culturelle a été organisée en 2011 avec le regret exprimé par les jeunes de ne pas avoir été plus acteurs de l’organisation de cette soirée.

Anne a accompagné les jeunes dans leur projet, dans une posture d’ »animateur passeur », en les responsabilisant sur les différentes étapes (financement, sécurité, aspects techniques), en établissant une relation de confiance avec eux ainsi qu’avec leurs parents.

Des rencontres avec la mairie ont été initiées où les jeunes n’ont pas toujours brillé par leur présence.

En 2016, le skate park va voir le jour, soit 5 ans après les premiers contacts avec les jeunes qui ont aujourd’hui 18-19 ans. Cela pose la question de la temporalité d’un projet de jeunes.

La deuxième partie de la matinée a permis de diviser les participants en 2 groupes avec le double objectif :

  • de repérer d’autres expériences locales faisant une place réelle aux jeunes ;
  • d’identifier des freins et des leviers au regard de la thématique.

 Un compte-rendu complet est disponible, il vous suffit de le demander à : camilla.fcsain@orange.fr

juin 08

Le réseau fédéral se forme pour renforcer la fonction d’accueil…

 

Depuis quelques années et au regard d’un renforcement de la circulaire cadrant les agréments de ces structures, la fonction d’accueil est un enjeu indispensable au bon fonctionnement de celles-ci. « Organiser une fonction d’accueil et d’écoute des habitants-usagers, des familles et des groupes informels ou des associations ; […] Assuré à titre principal par une – des personnes qualifiée(s), l’accueil doit être appréhendé comme une fonction portée collectivement par l’ensemble de l’équipe d’animation du centre social. »[1].

Une demande d’appropriation de cette fonction d’accueil et de renforcement d’une meilleure prise en charge collective de cette fonction a émergé en 2014 lors des commissions de directeurs-trices et d’animateurs-trices familles. Un groupe de travail composé de 8 personnes : directeurs-trice, agent d’accueil et bénévole ont préparé une rencontre collective afin de mettre en commun les enjeux du réseau et définir des pistes d’actions dont relève cette demande de formation.

Plus de 50 personnes ont répondu présent lors de cette rencontre pour partager leurs pratiques et leurs questions. Il s’avère que l’accueil est le « lieu du 1er contact qui accueille le 1er pas de l’habitant vers la structure », « une porte ouverte qui donne une image de la structure », « un outil au service du projet qui s’exerce dans et hors les locaux et c’est l’affaire de tous pour tous, fonction transversale à partager en équipe »[2]. Ce ne sont donc pas que les agents d’accueil mais une équipe et non pas un poste mais le projet qui est impacté.

  1. / Accueillir et Allez vers – Formateur : Guillaume Tixier théâtre forum et communication non-violente, Ifman méditerranée

– clarifier la posture d'accueil et son adaptation en fonction des contextes

– construire et renforcer sa légitimité professionnelle à travers les évolutions de son poste

– développer une démarche active dans la relation aux publics

– favoriser la confiance en soi et la confiance de l'autre dans une démarche visant à aller au devant des publics

– savoir éviter les écueils d'une approche volontariste envers les publics (intrusion, directivité, …) et prévenir les réactions de repli sur soi ou d'agressivité (de la part du public).

Le lundi 14 et mardi 15 décembre ou le jeudi 17 et le vendredi 18 décembre. Garantie de prise en charge financière pour les participants Alifsa le 10 octobre, sinon participation autour de 200 euros maximum.

2/ Communiquer autrement – 2 Formateurs du collectif Tadaa architecte et designer

Communiquer autour d’un événement ou d’une action au long cours, toucher de nouveaux publics sans exclure ceux d’aujourd’hui, … Communiquer autrement, au-delà de la simple affiche, et de manière plus participative. Nous proposons de décliner cela en différents objectifs :

– Fonctionner sur la logique de réseau, associer les participants à l’élaboration des supports de communication.

– Réaliser un diagnostic participatif de sa communication.

– Découvrir des outils participatifs pour de nouvelles manières de travailler collectivement.

– Introduire l’approche « design » et la logique d’expérimentation.

– Web / réseaux sociaux / sensibilisation aux licences libres : quelle place pour ces nouvelles

formes de communication ?

– Types de messages, publics et segmentations … Comment trouver le ton juste et les media adéquats. Réponse en cas pratiques.

– Introduction au graphisme et à la PAO : les bases.

 

Le lundi 15 et mardi 16 novembre. Garantie de prise en charge financière pour les participants Alifsa le 10 octobre, sinon participation autour de 200 euros maximum.

 

 

 

[2] Extrait du compte rendu de la rencontre des 50 acteurs des Centres sociaux autour de l’accueil, mis en copie.

 

 

 

 

 

fév 03

Retours sur les ateliers thématiques de la 2nde rencontre des acteurs des CS et EVS

Si vous souhaitez découvrir ou recupérer les deux témoignages ainsi que les échanges qui ont suivis lors des 10 ateliers qui ont eu lieu :

 

Compte rendu atelier 1 : Précarité

Co-animation : Patrice Cabaret et Philippe Belperin

Personne ressource : François Besson

Témoignage n°1 : EVS d'Ambérieu La corde alliée,  projet d’accorderie 

Témoignage n°2 : 3 CS et 1 responsable MDS autour d’un partenariat autour de 2 projets à destination des bénéficiaires RSA, CS Chalamont Mosaïque CS Chatillon La Passerelle CS Thoissey AJC et François Besson MDS

Compte rendu atelier 2: Isolement

Co-animation : Fouzia Zahar et Claudy Debaix

Témoignage n°1 : CS Belley L'Escale, projet Entracte

Témoignage n°2 :CS Jassans Mosique,  projet Donnant-donnant

Compte rendu atelier 3 : Veillissement et Intergénérationnel

Co-animation : Benoît Vincent Charles

Témoignage n°1 : CS Saint Denis les Bourg Pôle,  avec le projet de transport solidaire

Témoignage n°2 : CS Chalamont Mosïque, avec le collectif delir’âge

Compte rendu atelier 4: Jeunesse

Co-animation : Damien Fournand et Sandrine Heinen

Personne ressource : Elisabeth Bernadac CAF

Témoignage n°1 : CSx Oyonnax, Ouest et Est, projet défi City Andros

Témoignage n°2 : Fédération projet inter-centre sentinelle

Compte rendu atelier 5 : Logement et cadre de vie

Co-animation : Pascale Banse et Alain Cantarutti

Témoignage n°1 : EVS Plateau Gare à l’écoute des questions du quotidien

Témoignage n°2 :  CS Vennes, accompagnement habitant/locataire pour une amélioration de l’habitat

 

Compte rendu atelier 6: Parentalité

Co-animation : Paule Charrère et Sandrine Peyron

Personne ressource : Alain Moncel

Témoignage n°1 : CS Amédée Mercier projet rencontre inter-structures avec Jean Meyer

Témoignage n°2 :CS Reyrieux projet semaine sans écran avec Emilie Boisson

Compte rendu atelier 7 : accès aux droits